Liberté et fraternité : interdiction de la burqa en France

| May 11, 2010 | Comments (0)

Deux femmes musulmanes en France

Quelles sont les chances des parlementaires français d’ approuver l’interdiction de la burqa proposée? Les députés obtiennent leur première opportunité de débattre de l’idée au Parlement ce mardi 11 mai. Dans un premier temps, l’Assemblée nationale examinera une résolution, qui porte une valeur symbolique, mais pas de force juridique. Pourtant, elle sera un bon test de la température politique. Elle est susceptible d’être approuvée avec le soutien de plusieurs partis.

La volonté française d’interdire la burqa dans toute la classe politique est parfois difficile à comprendre. Dans de nombreux quartiers multiculturels de l’Europe, l’idée est liée à l’extrême droite nationaliste . En Grande-Bretagne, par exemple, le seul parti à proposer une interdiction totale de burqa pendant la récente campagne électorale a été le United Kingdom Independence Party, qui veut aussi sortir le pays de l’Union européenne. L’extrême-droite, le British National Party a également appelé à une interdiction de la burqa dans les écoles. Un ministre du Travail a répondu que ce n’était pas «britannique» de dire aux gens ce qu’il faut porter dans la rue. Dans un discours prononcé au Caire l’an dernier, le président Barack Obama a fait valoir que les pays occidentaux ne devraient pas dicter ce qu’une femme musulmane doit porter”.

En France, toutefois, la proposition a le soutien de la gauche et de la droite. Le président Nicolas Sarkozy, la droite politique, a déclaré l’année dernière que la burqa, comme disent les Français (en réalité, ils signifient le niqab, ou voile intégral couvrant le visage), n’a pas été le bienvenu sur le sol français. Jean-François Copé, le chef de file de l’UMP au Parlement, a été le plus actif dans la promotion d’une interdiction totale. Pourtant, l’idée est également soutenue par des politiciens de tous bords, y compris le leader communiste d’une enquête parlementaire sur l’interdiction, et divers socialistes de premier plan.

Une raison à cela est la tradition de la France de la laïcité, une forme stricte de la laïcité, consacrée par la loi depuis 1905, et qui tient à la religion des institutions publiques. À l’époque, l’anti-cléricalisme derrière le mouvement a été largement inspiré par la gauche politique, et cet héritage informe beaucoup gauche réflexion sur des questions séculières aujourd’hui. Lorsque le droit français a proposé une interdiction sur le foulard (et d’autres symboles religieux”ostentatoires”) dans les écoles publiques en 2004, par exemple, la gauche a voté massivement en sa faveur. Le Parti socialiste devrait voter en faveur de la résolution parlementaire de cette semaine.

Contrairement à l’interdiction du voile, cependant, la loi à venir contre le port de la burqa n’est pas formulée en termes de laïcité. Lorsque l’interdiction a été la première fois évoquée, il a été supposé que la base juridique serait la laïcité française. Les politiciens se sont vite rendu compte, cependant, que d’utiliser cet argument reviendrait à accepter que la burqa est une prescription religieuse de l’Islam. Le Conseil français du culte musulman (CFCM), un organisme officiel, a clairement affirmé son “opposition à cette pratique sur le territoire national”, bien qu’il fait également valoir que l’interdiction serait stigmatiser l’Islam.
Au lieu de cela, les Français envisagent deux motifs d’interdiction de la burqa, dont chacun, à la différence laïcité-pourraient être appliquées dans d’autres pays. La première est la sécurité, et la nécessité d’être identifiables à tout moment. L’autre est la «dignité» et «égalité entre les hommes et les femmes”. Bien que très peu de femmes en France se couvrent le visage, pas plus de 2.000, selon les estimations officielles, c’ est une nouvelle tendance. Les politiciens et les chercheurs disent que le port du foulard par les musulmans français, dont beaucoup sont d’origine nord-africaine où il n’y a pas de tradition de se couvrir le visage, est un signe de manipulation par des extrémistes islamistes désireux de tester l’état français. Les Français sont fervents de vouloir réaffirmer «les valeurs de la République”, en procédant à une interdiction.

Comment elle serait appliquée dans la pratique reste floue. Le Conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative, a exprimé des inquiétudes sur le fondement juridique pour une interdiction. S’il est adopté, M. Copé dit qu’il ne s’appliquera pas seulement aux musulmans français, mais aussi pour les visiteurs du Moyen-Orient.

Article trouvé sur http://www.economist.com/world/international/displayStory.cfm?story_id=16098516

Vous aimerez aussi:

Tags: , , , , ,

Category: Actualités

About avraidire: View author profile.

Leave a Reply




If you want a picture to show with your comment, go get a Gravatar.